06 02 17 62 19 Whatsapp - N°siret: 749859583 RCS Nîmes hygienale@orange.fr

Connaissez vous la honte d’aller déféquer aux wc ?

Aller à la selle est un acte naturel dans l’ensemble du règne animal. L’être humain n’échappe pas à l’envie de devoir déféquer… mais surement pas en public ! Si le meilleur ami de l’homme ne connait pas de honte, nous n’avons pas tous une psychologie canine et l’anxiété liée à l’usage des wc peut être réelle, voir insurmontable entrainant des conséquences directes et indirectes plus ou moins graves. Le sujet peut paraitre cocasse mais près de 7 Français sur 10 reconnaissent être gênés à l’idée de simplement « chier » dans une situation de non-intimité, c’est à dire en dehors de chez soi malgré l’évolution des sanitaires depuis Cromagnon jusqu’aux modernes wc japonais.

Tous égaux aux WC en fin de digestion

Femme ou homme, jeune ou vieux, riche ou pauvre, diplômé ou sans diplôme, dirigeant ou subordonné, cadre ou ouvrier… nous avons tous un anus qui nous sert à déféquer. Ainsi, chacun imagine que son conjoint, son voisin, son supérieur, son collègue, etc… se rend quotidiennement sur le trône, meme dans la station spatiale. Pourtant, ce sujet semble tabou tant il est normal de vouloir se dissimuler sur le chemin des toilettes et d’empêcher autrui de savoir ce que l’on va y faire ! Alors, existe t il une honte naturelle à vouloir nier la réalité ? La réponse est oui et un mot spécifique désigne même cette gêne à se rendre sur une cuvette de wc : la parcoprésie.

Qu’est ce que la parcoprésie ?

Ce mot savant définit l’incroyable gêne, et jusqu’à la phobie, de déféquer ailleurs que chez soi. Toute comme la parurésie qui elle concerne la phobie d’uriner à proximité de quelqu’un dans un urinoir public par exemple. En quittant l’atmosphère sécurisante de son domicile, pour se rendre au travail, au restaurant, chez des amis, en voyage ou en déplacement, la simple idée de devoir aller à la selle dans des toilettes publiques ou des wc peu familiers et surtout à proximité d’autres personnes, peut être une sérieuse source d’angoisse. Si vous ressentez une certaine honte suffisamment gênante pour freiner, empêcher et reporter une défécation, alors bienvenue dans le monde de la parcoprésie.

La peur de faire caca…

Pourquoi certaines personnes ressentent elles un tel embarras à l’idée de simplement déféquer dans un lieu public ? C’est simplement la peur d’être vu se rendre sur les lieux du crime, d’être imaginé dans l’acte par ses proches, pour revenir sous leurs regards inquisiteurs : il ou elle a été chier ! Il n’y a rien de glamour à ce moment de solitude et le retour dans le réel, près d’un conjoint, d’une amie, d’un collègue, d’un supérieur, peut être traumatisant si celui-ci a pleine conscience des raison de l’absence. Et c’est encore pire de quitter un groupe pour s’isoler, laissant l’imaginaire de tous s’envoler et profiter de l’absence pour laisser aller quelques mauvaises langues.

L’importance de l’accès aux toilettes est souvent oublié dans les pays riches, où la population a rarement l’occasion de faire ses besoins en extérieur dans des lieux non dédiés. Toutefois, les estimations de 2015 de l’ONU rapportent que près de 2,4 milliards de personnes sur terre (soit 1 personne sur 3) n’ont pas accès à de véritables toilettes. A celles-ci s’ajoutent environ 1 milliard de personnes qui ne disposent d’aucun sanitaire et qui défèquent quotidiennement en plein air. D’où la création de la journée mondiale des toilettes.

Une honte due à des atmosphères particulières :

Ce n’est pas forcement le lieu en lui même qui génère le plus la parcoprésie. C’est surtout la proximité d’autrui qui provoque une gêne empêchant le bon déroulement d’un acte pourtant très naturel. Apres tout, nous avons tous un anus. C’est la honte d’être vu aller au petit coin, le stress d’émettre des bruits, de laisser une trace olfactive, d’être imaginé tout simplement.
1. Chez un nouveau partenaire
Hommes et femmes reconnaissent des difficultés voir une incapacité à déféquer les premières fois chez leur nouveau partenaire sexuel surtout s’il se situe à proximité des WC. Il est vrai que défécation (bruits, odeurs) et sexualité peuvent ne pas faire bon ménage ! Alors des premières relations avec une personne, il est toujours compliqué d’aller aux toilettes avant de faire l’amour !
2. Chez des amis 
Etre chez des proches provoque des soucis suffisants aux deux sexes pour qu’ils se retiennent d’aller aux WC chez leurs amis d’autant plus que ceux-ci sont présents à proximité.
3. Sur le lieu de travail 
Près de 50% de la population avoue ne pas pouvoir aller à la selle sur son lieu de travail avec des collègues à proximité. Il semble qu’il soit plus difficile de déféquer à coté de personnes connues que d’inconnues. En conséquence, les toilettes d’une entreprise se doivent d’être parfaitement étudiées.
4. Dans les toilettes publiques
Le pourcentage serait de 40% dans les toilettes des restaurants, gares, aéroports ou centres commerciaux.
5. A la maison
Ce sont surtout les femmes qui se se retiennent d’aller aux toilettes chez elles si d’autres personnes sont à proximité. Dans des cas extrêmes, certaines femmes vont jusqu’à attendre que leur conjoint soit occupé dans un autre pièce ou à dormir pour se rendre sur la cuvette.

 

DECOUVREZ NOS SOLUTIONS WC JAPONAIS :

Des techniques de survie sociale

A chacun son astuce pour éviter la gêne de la parcoprésie. Attendre le bon moment, profiter de la pause déjeuner, aller à un autre étage, augmenter le volume d’un poste radio, fermer plusieurs portes, mettre du papier toilette dans l’eau pour amortir le bruit d’une chute honteuse, craquer une allumette pour dissiper les odeurs… jusqu’à se retenir. Les stratagèmes ne manquent pas lorsqu’il faut y aller.

Le bonheur du télétravail !

La crise du COVID a apporté une surprenante joie dans la vie des parcoprésiques. Obligés de quitter l’univers de l’entreprise et de la promiscuité des collègues de bureau, bon nombre de salariés ont apprécié de gouter au télétravail pour jouir de l’usage de l’intimité de leur cuvette de wc. Pouvoir se soulager de ses besoins naturels dans des toilettes non partagées n’a pas de prix. Les multiples confinements et la mise en place du télétravail, ont pu faire de nombreux heureux.

Une explosion de parcoprésie engendrée par le retour au présentiel 

Alors qu’il faut retourner au bureau à temps plein ou juste certains jours de la semaine, le simple fait de devoir redéféquer dans les toilettes de l’espace de travail collectif paraît encore plus difficile qu’avant, avec l’habitude prise de travailler chez soi où rien ne pouvait perturber le caca journalier entre deux réunions en visioconférences. Il en résulte que suivant des sondages, beaucoup de travailleurs se sentent encore moins à l’aise qu’avant pour faire caca au bureau et préfère se retenir pour rentrer se soulager chez eux dans leur wc.

Les femmes sont les principales victimes

Les femmes sont presque normalement plus touchées par le phénomène que les hommes, surtout si les toilettes sont mixtes. Les femmes ont besoin d’une plus grande intimité que les hommes. Cela pose un probleme lors d’un usage de toilettes unisexes. Ainsi, beaucoup préfèrent se retenir toute la journée pour effectuer leur grosse commission de retour chez elles ou dans un endroit ami. Il existe un poids culturel et psychologique qui pèse sur les femmes dans l’exercice de la défécation. C’est le syndrome de la princesse qui ne fait pipi que des paillettes. En effet culturellement, une femme est associée à la beauté et à la pureté.

Une femme qui va à la selle peut perdre de son charme et de son élégance alors que ce sera une normalité pour l’homme. D’ailleurs, dans les films les femmes s’excusent généralement en prétextant se refaire une beauté, se rafraichir… C’est toujours plus jolie que : « désolé de vous quitter mais je vais faire caca »

Des conséquences sur la santé

Tout le monde a bien évidemment été un jour confronté à de la gêne à l’idée de déféquer dans des situations de non-intimité au point de devoir se retenir. Il faut savoir que lorsque le rectum reçoit les selles, il émet un message au cerveau pour lui indiquer l’urgence d’aller aux toilettes.

Hors si cette phobie d’aller sur un trône autre que sur celui de son domicile conduit à se retenir, cette rétention fécale va provoquer des complications non sans danger pour la santé :

  • blocage du système digestif avec troubles de la digestion (crampes, douleurs dans le bas ventre)
  • irritation du colon et maladies inflammatoires de l’intestin
  • problèmes de constipation, défécation douloureuse, saignement (se retenir provoque le durcissement des selles)
  • infections urinaires et cystites

Les conséquences sociales de la rétention fécale

Des études démontrent que la parcoprésie est un trouble d’anxiété sociale. La peur du regard et de l’évaluation de l’autre, qui peuvent produire un impact sur l’image de la personne sortant des toilettes après avoir déféqué au sein du groupe, peut avoir des répercutions sur les relations professionnelles ou personnelles. Ainsi le rendement des salariés d’entreprise peut être impacté dans une entreprise tout comme l’atmposhère au sein d’un groupe d’amis. Il est vital que le passage aux toilettes ne reste pas un tabou. Au-delà du fait d’être mal à l’aise, le mal-être individuel ne doit pas s’inviter dans la qualité du travail ou les relations humaines à cause d’un simple passage sur une cuvette de wc.

Des solutions à la parcoprésie ?

Lorsque cette pathologie devient vraiment handicapante dans la vie de celui ou celle qui en souffre, il ne faut pas hésiter à en prendre conscience afin de rechercher des stratégies d’adaptations à ce trouble d’anxiété.

Une aide psychologique : en parler avec son médecin traitant sera la première solution, lequel renverra surement vers un psychologue pour la mise en place d’une thérapie cognitive et comportementale appropriée à cette situation de handicap. L’approche psychologique permettra de désamorcer ces sentiments de honte en rassurant le patient pour lui faire comprendre que déféquer est l’acte le plus naturel qui soit et que le faire dans le milieu public est tout à fait normal et courant.

La méthode japonaise :  au japon, il est courant que les wc japonais disposent d’une fonction permettant la diffusion de sons d’eau, de musiques, de chants d’oiseau, ceci afin de couvrir les bruits honteux de celui qui défèque. Certains modèles de toilettes japonaises offrent aussi des fonctions désodorisantes pour plus de confort. Ces fonctions sont souvent à disposition des femmes pour le bénéfice de leur intimité.

Une réorganisation des toilettes des bureaux : l’entreprise concernée par un grand nombre de parcoprésie peut aussi reconcevoir la disposition de ses lieux pour faire en sorte que les toilettes soient plus accueillantes avec des chemins d’accès qui ne forcent pas les salariés à se croiser. Des cloisons de séparation trop fines et des portes qui ne descendent pas jusqu’en bas sont à proscrire pour plus d’intimité visuelle et acoustique. Une décoration plus agréable comme dans la sphère privée peut aussi rendre les wc plus accueillants.

Un wc japonais : se rendre aux toilettes dans l’espace public japonais n’entraide ni peur ni stress. D’abord, les lieux sont toujours propres en raison de l’éducation de la population à l’hygiène. De plus, la généralisation des wc nettoyants offre aux utilisateurs des solutions de confort et de bien-être. Le wc japonais ne se contente pas de laver. Il permet aussi de se sécher les fesses, d’aspirer les odeurs et meme de faire de la musique pour certains d’entre eux ! Ce type de sanitaire est idéal contre la parcoprésie. 

Une urinette pour les femmes

L’urinette féminine est une nouvelle liberté pour les femmes. C’est un accessoire indispensable qui trouve son utilité dans bien des situations d’urgences aux toilettes.

L’invention de l’urinette pisse debout des femmes

La différence entre les deux sexes impose naturellement à chacun d’eux une position spécifique pour uriner. Ainsi, l’homme pisse debout tandis que la femme s’accroupit au plus près du sol ou s’assoit sur un sanitaire. Telle est la volonté de la nature, plus précisément de la génétique humaine. Mais serait il possible que les filles disposent d’un pénis dans leur sac à main afin de pisser debout au féminin ?

Le wc lavant est né de la culture japonaise de la propreté 

Au Japon, l’hygiène est d’une très grande importance. En effet, dans la culture nipponne la propreté corporelle est primordiale. A titre d’exemple, on peut observer que l’adjectif « kirei » qui signifie « propre » désigne aussi la beauté, l’élégance, la pureté. En conséquence, c’est ce pays qui a popularisé les wc lavants alors que ceux-ci avait vu le jour sans succès aux USA et en Europe.

La disparition des toilettes publiques en Angleterre

Ses dernières années, la Grande-Bretagne a perdu pratiquement 50% de ses toilettes publiques, essentiellement dans les grandes villes telles Londres. Ce problème d’apparence léger est un souci majeur pour toute la population urbaine à tel point que certaines personnes choisissent de rester chez elle ou de ne pas boire avant de quitter leur domicile.

Etude des toilettes des salariés d’entreprise

La majorité des salariés français utilisent les toilettes mises à leur disposition par leur employeur… pour ce à quoi elles sont destinées. Mais certains, c’est à dire un très grand nombre, y font autre chose ! Mais que font ces salariées dans les sanitaires de leur travail ? L’étude des comportements aux toilettes se révèle riche d’enseignements.

Des wc ascenseurs Urilift à Paris qui sortent de terre pour la vie nocturne

A Paris, il existe désormais un concept révolutionnaire de toilettes… qui ne sortent que la nuit ! Les parisiens et les touristes peuvent désormais découvrir avec surprise un wc public surprenant qui sort du trottoir à 19 heures pour en disparaître au petit matin.

Des virus aériens issus du vortex fécal de la chasse d’eau

Savez vous que la chasse d’eau de votre cuvette de toilette crée un vortex de gouttelettes, lesquelles s’envolent hors de la cuvette ?

L’urinoir public au service des hommes… et des femmes !

Un urinoir est une simple cuvette en céramique munie d’une chasse d’eau sans réservoir qui permet à un homme d’uriner très simplement debout comme s’il le faisait contre un arbre. Sa conception est tellement ingénieuse et facile d’emploi que l’usage de ce sanitaire s’est généralisé à travers le monde… et vient aussi vers les femmes !

La grande aventure de la vespasienne

A Paris, une vespasienne était un urinoir public unisexe à usage des hommes. Elles trouvait sa place dans des lieux de nécessité essentiellement sur les trottoirs, les parcs et tous les espaces publics fréquentés. Elle était équipée de cloisons permettant un minimum d’intimité. La première vespasienne fut implantée en 1834 à Paris et son parc disparaitra en 1980. Elle aura offert 146 années de bons et loyaux services aux parisiens.

Un wc lavant pour se protéger du coronavirus covid-19 ?

Pour empêcher la propagation d’un virus comme le COVID 19, l’hygiène des mains est un impératif. Le wc lavant japonais, avec le bénéfice d’un jet d’eau hygiénique, permet une lutte efficace des risques de transmission d’un virus. Ainsi, il empêche tous contacts des mains avec les matières fécales potentiellement infectées par LE virus. En effet, l’utilisateur d’une toilette japonaise lavante conserve des mains pures respectants les normes de distances sociales et physiques !

Ouvrir le chat
1
Besoin d'aide ?
Bonjour, si vous avez des difficultés à choisir le bon produit (kit - abattant - bloc wc)... posez nous vos questions.